woensdag 18/09/2019

Top Header

Talen

Notre vision actuelle de l’économie chinoise en 6 graphiques

Chief Economist

Quid de la récente nervosité sur les bourses chinoises et de la dépréciation du yuan ? Même si nous ne prévoyons pas d’atterrissage brutal à court terme, il est clair que la tendance de la croissance à long terme reste très nettement baissière et que les défis s’annoncent importants. Par Hans Bevers, Chief Economist.

J’ai eu la chance, en août 2015, d’assister à un cours d’été international sur l’économie chinoise. L’événement était organisé dans le cadre prestigieux de l’Université de Pékin, là même où l’ancien président Mao avait trouvé son inspiration dans le marxisme-léninisme et d’où étaient également parties les manifestations de la place Tiananmen en 1989. Un des après-midis était consacré à un débat sur les chances de succès du passage progressif d’une économie planifiée à une économie davantage fondée sur les marchés sans renoncer au système de parti unique.

Comme le disait Winston Churchill, la démocratie est la pire forme de gouvernement, à l’exception de toutes les autres. Il s’est avéré qu’il n’y avait absolument aucun consensus à ce sujet. Un participant a également cité Henry Louis Mencken qui disait : “La démocratie est une croyance pathétique en la sagesse collective de l’ignorance individuelle”. Je ne suis pas sûr que ce soit vrai (ni faux d’ailleurs), mais il faisait allusion à quelque chose d’important, à savoir qu’il n’existe absolument aucune preuve qu’une refonte radicale du système politique chinois rendrait le rééquilibrage de l’économie chinoise moins difficile. Pour le dire autrement, les déclarations selon lesquelles la Chine se dirige vers un effondrement imminent simplement parce qu’il n’y a pas de démocratie, comme l’avancent souvent certains observateurs, ne sont pas très convaincantes.

Quid alors de la récente nervosité sur les bourses chinoises et de la dépréciation du yuan ? Faut-il y voir là le signe que le pire est encore à venir ? Nous avons déjà écrit à ce sujet voici deux semaines et notre vision n’a pas changé, comme l’illustrent les six graphiques ci-après. Cela étant dit, même si nous ne prévoyons pas d’atterrissage brutal à court terme, il est clair que la tendance de la croissance à long terme reste très nettement baissière et que les défis, comme expliqués ici par exemple, s’annoncent importants. Il se pourrait que les investisseurs acceptent (enfin) ce scénario, ce qui serait en réalité une bonne chose. Dans le même temps, les craintes d’un atterrissage brutal ne disparaîtront jamais totalement. De leur côté, les responsables politiques chinois pourraient faire un effort pour mieux communiquer sur leur stratégie et éviter ainsi une incertitude bien inutile.

Mail