Vendredi 06/12/2019

Top Header

Langues

"Le développement durable est une priorité pour Degroof Petercam"

Responsible Investment Strategist

Les investissements durables ont beaucoup gagné en popularité ces dernières années. L’accent évolue de plus en plus vers l’intégration de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance. Philippe Masset, CEO, et Ophélie Mortier, Responsible Investment Strategist, font le point sur cet engagement fort chez Degroof Petercam, qui a toujours joué un rôle de pionnier en la matière.

"Nous avons parcouru énormément de chemin depuis que nous avons lancé notre premier fonds durable en 2002 : aujourd’hui, nous gérons 2,4 milliards d’euros en fonds et mandats durables", chiffre Ophélie Mortier, qui dirige les investissements responsables chez Degroof Petercam.

À ses yeux, "les défis à long terme comme le changement climatique, les migrations, les valeurs démocratiques et la transparence ne sont pas seulement des thèmes importants : ils ont un impact concret et mesurable sur les portefeuilles de placements", précise Philippe Masset.

Dans quelle mesure la durabilité a-t-elle une influence sur un gestionnaire de portefeuille comme Degroof Petercam?

Philippe Masset: "Comme Ophélie l’a précisé, c’est un thème qui imprègne toute notre entreprise. Qu’il s’agisse de notre organisation interne ou de nos relations avec nos clients et nos collaborateurs, nous portons une double responsabilité. D’une part, nous jouons un rôle dans le cœur économique de la société; d’autre part, nous gérons des portefeuilles pour nos clients. Quelle influence voulons-nous y exercer ? Comment devons-nous investir de manière responsable et durable le patrimoine qui nous est confié ? Des questions qui nous préoccupent chaque jour."

Le premier fonds durable de Degroof Petercam date de 2002. Comment évaluez-vous le parcours de l’investissement socialement responsable depuis 15 ans?

Ophélie Mortier: "L’évolution a été très rapide. Jusqu’il y a cinq ans, c’était encore une stratégie de niche. Aujourd’hui, c’est de plus en plus la norme. Les chiffres d’Eurosif, la fédération européenne qui fait la promotion de l’ISR, nous apprennent que le marché a enregistré une forte croissance ces dernières années. En 2015, l’ISR pesait 22.892 milliards d’euros en Europe, en hausse de plus de 40 % par rapport à 2013. Nos actifs ont plus que triplé ces 2,5 dernières années. Cela donne également une idée de la croissance que nous enregistrons, tant chez les institutionnels que chez les investisseurs privés. La société exige de plus en plus des entreprises qu’elles assument leur responsabilité, et elle a raison. De nombreux gestionnaires de portefeuille traduisent ces exigences en intégrant des critères ESG (Environnemental, Social et Gouvernance dans leurs décisions d’investissement. C’est également notre approche."

Les rapports publiés par les entreprises sur leur dimension ESG sont de plus en plus nombreux et fouillés. Preuve que ces informations deviennent incontournables.

Mortier: "Absolument. En Europe, plus de 6.000 entreprises cotées en Bourse et qui emploient plus de 500 travailleurs devront publier un rapport de durabilité à partir de l’an prochain. On y trouvera énormément d’informations non financières, comme la politique en matière d’environnement, d’affaires sociales, de droits de l’homme et de lutte contre la corruption, ainsi que les résultats obtenus."

Concrètement, comment traduisez-vous votre engagement au niveau du groupe?

Masset: "Nous le faisons à plusieurs niveaux. Grâce à notre indépendance, nous avons pu développer des solutions innovantes et jouer un rôle de précurseur en matière de durabilité des pays. Nous avons lancé notre premier fonds durable dès 2002. Depuis, nous avons beaucoup investi et innové. Degroof Petercam a également lancé Gingo, la toute première plateforme de philanthropie collaborative. Via notre communauté, nous soutenons des projets qui ont un impact social en Belgique. Depuis plus de 10 ans, notre département philanthropie a accompagné de nombreux clients dans l’élaboration de leurs projets sociaux.

Nous encourageons également l’entrepreneuriat et l’éducation via notre propre fondation, la Degroof Petercam Foundation, qui fêtera bientôt ses 10 ans.

Enfin, nous sommes également une institution financière neutre en CO2. Nous sommes convaincus qu’intégrer les critères ESG crée de la valeur et peut réduire certains risques. Les 12 membres internes de notre groupe de pilotage Investissement Responsable, se penchent chaque mois sur ces questions."

Mortier: "Un autre événement important a été la signature des Principes pour l’Investissement Responsable des Nations Unies dès 2011, pour lesquels nous avons obtenu la note la plus élevée. Cela démontre la maturité et l’expérience acquises ces dernières années, précieuses pour adapter nos processus d’investissement en conséquence."

Pour conclure, pourquoi l'investissement responsable est-il devenu à ce point incontournable?

Mortier: "Ignorer la durabilité est dangereux et une preuve d’étroitesse d’esprit. C’est ce que je disais il y a un an, et j’en suis toujours convaincue. Un portefeuille de placements est exposé à des risques que ne capte plus la seule analyse financière traditionnelle. Le changement climatique en est un exemple parmi d’autres. Les évolutions démographiques modifient complètement la face du monde. En 2050, la génération des plus de 65 ans sera plus nombreuse que celle des moins de 14 ans, une première dans l’histoire. Si les défis ne sont plus les mêmes qu’il y a une décennie, pourquoi les solutions le seraient-elles?" (voir tableau)

Masset: "Entièrement d’accord. Degroof Petercam a toujours opté pour la conviction, le dialogue et l’engagement afin de donner sens à son activité économique. Dans ce domaine, une caisse de résonance externe apporte une vraie valeur ajoutée. C’est pourquoi un groupe de travail composé notamment de quatre experts indépendants en politique internationale, en environnement et en biotechnologies se réunit tous les six mois afin d’évaluer notre analyse de la durabilité des pays et améliorer sans cesse sa pertinence.

Les principaux risques mesurés selon leur probabilité

2007

  • Panne de structure informatique essentielle
  • Maladies chroniques dans les pays développés
  • Choc pétrolier
  • Atterrissage brutal de l’économie chinoise
  • Krach boursier

2017

  • Conditions météorologiques extrêmes !  
  • Migration involontaire massive
  • Grandes catastrophes naturelles
  • Attentats terroristes de grande ampleur
  • Cas étendus de fraude ou de vol de données

Source : World Economic Forum, 2017, The Global Risks Report 2017.

 

Mail