Jeudi 18/04/2019

Top Header

Langues

Macron : ses ambitions environnementales

Responsible Investment Strategist

En élisant leur nouveau président et en refusant que l’extrême-droite dirige leur pays, les Français ont ainsi voté pour l’implémentation de l’accord de Paris et la réduction de la dépendance énergétique du nucléaire, bien que les détails soient absents du programme.

Même si ce n’était probablement pas leur priorité dans le choix exprimé, en votant Macron, les Français ont également voté pour la poursuite de l’action climatique dans laquelle le pays s’est montré très impliqué depuis l’accord de Paris en décembre 2015. En effet, Emmanuel Macron fait clairement de l’implémentation de l’accord de Paris sa priorité sur le plan environnemental. Pour cela, il donne son soutien à la loi sur la transition énergétique et l’économie verte et une économie bas carbone notamment par le maintien du moratoire sur l’exploitation de gaz de schiste et l’accent sur les énergies renouvelables.

Et l’énergie nucléaire ?

Si Emmanuel Macron a confirmé la réduction du nucléaire de 75 % de la génération énergétique à 50 % à l’horizon 2025, il s’est bien gardé de donner les détails sur les options de remplacement de cette source controversée, qui reste cependant la principale raison de la baisse de la consommation d’énergie fossile du pays. En effet, la France est toujours fortement dépendante de l’énergie nucléaire avec un parc de centrales nucléaires vieillissant. En estimant qu’une éolienne on shore produit entre 2 et 4 MW, il faudrait compter entre 15 et 20.000 nouvelles éoliennes d’ici 2025 pour combler la réduction du nucléaire. Si Emmanuel Macron devait doubler le solaire et l’éolien, il réduirait d’à peine un tiers l’énergie nucléaire.

France : mixte énergétique -production

Pollution, migration et transition énergétique

Et pourtant le nouveau Président ne manque pas d’ambitions, y compris sur le plan environnemental et écologique. En effet, il veut améliorer la qualité de l’air des citoyens français. La plupart des grandes métropoles du pays affichent des pollutions d’air bien au-delà des normes de l’OMS. En fermant les dernières centrales à charbon et en taxant les moteurs à diesel, le président compte réduire les mortalités précoces suite à l’air ambiant. De plus, il souhaite également régler la problématique de migration suite aux changements climatiques et catastrophes qui y sont liées. Néanmoins, le projet politique du président est également basé sur une réduction des dépenses, ce qui va rarement de pair avec des investissements massifs, même s’ils sont environnementaux. Quinze milliards d’euros ont été promis pour la transition énergétique. Vu l’ampleur de la tâche, c’est un minimum et il faudra voir son réel apport.

Prix du carbone

Enfin, point important du programme d’Emmanuel Macron : le prix du carbone à 100 euros/tonne carbone d’ici 2030. C’est une déclaration forte du président puisque le prix du carbone était le grand absent des discussions et le résultat de l’Accord de Paris. Il apparaît clairement qu’un prix du carbone pertinent permettra un réel mouvement vers une économie bas carbone. Cependant, le Président sera il en mesure d’appliquer ses projets alors qu’un prix à 56 euros/tonne carbone (objectif 2020) impacte déjà fortement les ménages et les entreprises françaises avec un coût d’électricité à la hausse ? Les estimations – notamment de la recherche d’HSBC - prévoient une hausse de 60 % du prix de l’électricité pour l’industrie du pays et 20 % pour les ménages français. Sans oublier que la France est un exportateur d’énergie important (près de 10 % de sa production annuelle). Toute incapacité de compensation des énergies produites suite à la sortie du nucléaire par d’autres capacités additionnelles mettrait en péril une partie des revenus d’exportations.

De grands défis

Aujourd’hui, la France dépasse ses objectifs climatiques de 2020. Le défi est essentiellement pour l’horizon 2030 où elle doit montrer une baisse de ses émissions de gaz à effet de serre de 37 % par rapport aux niveaux de 2005. La Loi sur la Transition énergétique vise à répondre à cet objectif.

Loi sur la transition énergétique et la croissance verte

  • 40 % de baisse des émissions de gaz à effet de serre (niveaux 1990) d’ici 2030
  • Consommation de l’énergie fossile de 30 % en 2030
  • Réduction de l’énergie nucléaire à 50 % de la génération électrique en 2025
  • Augmentation des renouvelables à 32 % de la consommation finale d’énergie et à 40% de la génération énergétique
  • Baisse de moitié de la consommation énergétique en 2050 (base de comparaison 2012)
  • Baisse des déchets à la décharge de 50 % d’ici 2050
  • Prix du carbone à 56 euros la tonne en 2020 et 100 euros en 2023

Mais le président doit d’abord s’assurer de ses législatives pour avoir le soutien des partis politiques pour ses réformes. Et côté réformes, il n’est pas en reste. Emmanuel Macron sera-t-il à la hauteur de ses projets et ambitions ? C’est certain : sur tous les fronts, il devra faire la preuve de ses engagements.

Pour retrouver l’ensemble du programme d’Emmanuel Macron en matière d’environnement :
https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/environnement-et-transition-ecologique

Mail