Vendredi 18/10/2019

Top Header

Langues

Enjeux économiques d'aujourd'hui : Des institutions inclusives mènent à une prospérité durable (II)

Dans "Enjeux économiques d'aujourd'hui - Analyses des fondements", Michiel Verstrepen explore les institutions inclusives. Rédigé avec trois autres économistes de Degroof Petercam (Alexandre Gauthy, Bruno Colmant et Hans Bevers), cet ouvrage paraîtra le 28 février. Voici la deuxième partie avec notre expert Michiel Verstrepen.

 

Pourquoi la Belgique est-elle riche ?

C'est une question fondamentale, à laquelle il y a plusieurs réponses. Selon moi l’argument le plus convaincant vient des économistes Daron Acemoglu et James Robinson : « parce que la Belgique compte bon nombre d’institutions inclusives ». Ces institutions créent un système  politico-économique qui, en principe, n’exclut personne. Et ce, grâce au respect de la propriété et aux investissements ainsi qu’à l’attention accordée à l’innovation et à l’égalité des chances. Un bel exemple d’institution inclusive est la constitution belge qui prévoit entre autres la séparation des pouvoirs.

Les décideurs politiques peuvent-ils encore créer des institutions inclusives ? 

Certainement, par exemple en stimulant l’investissement, en encourageant l’égalité des chances et en favorisant l’innovation. Mais, en politique, le clientélisme est souvent de mise et le pouvoir ou l’influence est susceptible de diminuer. Gaston Eyskens a fait remarquer que « en politique, l’on sait ce qui est bon pour la société, mais pas comment être réélu ». Vrai homme d’État, il n’a pas utilisé cette observation à mauvais escient, mais certains décideurs font tout pour conserver leur pouvoir. C’est pourquoi nous devons défendre la démocratie et enrayer le populisme politique. Par ailleurs, des institutions inclusives peuvent être créées au niveau (inter)national. L’Europe aussi opte pour la voie de l’inclusion : en s’attaquant aux aides d’État inappropriées, en développant le marché intérieur, en maintenant ouvertes les frontières intérieures…

Les institutions nationales inclusives résistent-elles aux tensions internationales ?

Bien des phénomènes mondiaux, comme le protectionnisme et les crises économiques ou financières, trouvent leur origine dans des phénomènes nationaux. Même si nous (ré)élisons des décideurs politiques nationaux sur la scène politique nationale, l’économie mondiale répercute sur nous toutes sortes de chocs. Pensez aux subprimes aux États-Unis qui ont provoqué une crise financière internationale. Aussi, la coopération internationale permet d’apporter des réponses. Lors de ce genre de crises, les États membres de l’UE travaillent ensemble à des solutions pour conserver, outre l’intérêt national, la prospérité collective. Si cette coopération avait été davantage développée il y a dix ans (grâce à une meilleure coordination fiscale ou à l’assainissement des banques nationales et internationales), la crise financière aurait peut-être eu des conséquences moins profondes sur la société européenne.

 

Avec l'aimable autorisation de Trends-Tendances (article publié dans l'édition du jeudi 14 février 2019).

Mail