Vendredi 06/12/2019

Top Header

Langues

L'économie belge est-elle durable ?

Les matières premières naturelles que la Terre peut produire cette année sont épuisées depuis le 1er août. Le Global Footprint Network calcule le «World Overshoot Day» depuis 1986, dont la date tombe plus tôt chaque année.

Une politique climatique ambitieuse est essentielle pour réduire les émissions de CO2. Les économistes de Degroof Petercam évaluent la durabilité de l'économie belge dans le cadre des objectifs de la stratégie UE 2020.

La durabilité est devenue une question incontournable dans une discussion d’actualité sur l’économie belge. Bien que la durabilité concerne également, outre l’environnement, le climat et l’énergie, une large palette de thèmes socioéconomiques, le présent chapitre abordera la durabilité au sens strict du terme. Des sujets qui s’y rapportent tels que les inégalités, l’enseignement et la mobilité sont traités dans des questions distinctes.

Objectifs climatiques

L’économie belge est-elle durable? Les objectifs  2020, dont l’échéance approche, constituent un excellent cadre de référence pour répondre à cette question. Le cadre européen fixe trois objectifs de base pour 2020. Premièrement, réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’Union de 20% par rapport à 1990. Deuxièmement, porter à 20% minimum la proportion d’énergies renouvelables. Enfin, améliorer de 20% minimum l’efficacité énergétique par rapport à un niveau de référence. Bien entendu, les pays membres de l’Union européenne ne doivent pas consentir un effort identique. Des clés de répartition ont été formulées afin de traduire les objectifs européens en objectifs nationaux, de sorte que chaque pays fournisse une contribution raisonnable, en tenant compte de facteurs tels que le nombre d’habitants et la situation socioéconomique. À ces trois objectifs succéderont les objectifs 2030, sensiblement plus ambitieux, suivis des objectifs 2050, qui vont dans le même sens. Ces derniers affirment notamment l’obligation d’évoluer vers une société décarbonée.

Nous constatons, sur la base des chiffres les plus récents (2015), qu’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Il convient cependant de noter qu’un score inférieur à l’objectif final en 2015 ne signifie aucunement qu’un pays n’est pas dans les temps pour réaliser l’objectif en 2020. Même si l’objectif en matière d’émissions semble réalisable pour notre pays, le risque de ne pas l’atteindre subsiste. Plus grave encore, selon les projections du Bureau fédéral du Plan, les émissions devraient pratiquement se stabiliser au cours de la période 2020-2050 si la politique reste inchangée. Nous pourrions donc rater le train climatique après 2020 également. La Belgique serait ainsi en infraction par rapport aux objectifs européens et à l’Accord de Paris sur le climat.

Nos importantes émissions de CO2 s’inscrivent
dans un problème écologiqueplus large:
celui de la pollution de l’air.

Dans ce contexte, des organisations internationales ont déjà préconisé la modernisation de l’infrastructure belge, la résolution du problème des embouteillages et la fin des perturbations du marché de nature fiscale telles que les voitures de société (voir question 15: «Comment résoudre les problèmes de mobilité?»).

Le deuxième domaine ne sera pas une sinécure non plus pour la Belgique. En 2015, notre pays utilisait 8% d’énergies renouvelables, alors que son objectif pour 2020 est fixé à 13%. La Wallonie est en tête, avec une part de près de 10%, tandis que la Flandre et Bruxelles réalisent respectivement des scores de 6% et 2%. La sortie du nucléaire, en particulier, s’annonce difficile, puisque l’énergie nucléaire représente actuellement près de la moitié de l’énergie produite en Belgique. Des investissements considérables seront par conséquent nécessaires dans les décennies à venir afin de répondre à la future demande en électricité. Le Bureau fédéral du Plan estime que 1.100  mégawatts de capacité nouvelle devront être installés chaque année d’ici 2050. Le mix énergétique doit évoluer vers plus de durabilité, avec environ la moitié de la consommation couverte par des unités renouvelables (hydroélectricité, énergie solaire et énergie éolienne), tandis que l’autre moitié sera assurée par des centrales classiques au gaz naturel. Enfin, la Belgique reste toujours en deçà de son objectif en matière d’efficacité nergétique. En revanche, des améliorations considérables sont enregistrées dans le secteur de la construction par exemple. L’objectif sera de ce fait réalisé, éventuellement avec quelques années de retard. En résumé, les risques de voir la Belgique rater au moins un des trois objectifs 2020 sont réels.

Investissements verts

Bien entendu, les prestations sans éclat de la politique énergétique et climatique ne sont pas imputables à la politique de l’actuel gouvernement, mais bien la conséquence de choix antérieurs. Par ailleurs, la plupart des investissements dans l’infrastructure, les capacités de production, etc., qui verront le jour à brève échéance seront toujours présents en 2030 (et après), compte tenu de la longueur de leurs cycles d’investissement. La politique doit, en d’autres termes, être revue en profondeur dès aujourd’hui si nous voulons réaliser nos objectifs climatiques à plus long terme.

Enfin, il convient d’observer que la réalisation des objectifs énergétiques et climatiques imposés par l’Europe ne signifie pas nécessairement que l’économie belge est durable. Il faut donc se réjouir que la Belgique ose aller plus loin que les exigences légales et les normes internationales sur certains plans. La gestion des déchets, le recyclage et les matériaux de pointe en sont des exemples. La Belgique bénéficie d’une excellente réputation internationale dans ces domaines et les investissements dans ces secteurs doivent évidemment être stimulés.

Conclusion

La politique climatique et énergétique de la Belgique ne figure pas dans le peloton de tête au niveau européen. Les émissions de gaz à effet de serre et les problèmes de pollution de l’air, en particulier, semblent pénaliser notre pays. En outre, la sortie du nucléaire promet de ne pas être une partie de plaisir. Les parcs éoliens de la mer du Nord ne peuvent sans doute résoudre qu’une partie de l’équation. Enfin, on peut s’interroger sur la durabilité d’une politique énergétique belge fragmentée, confiée à pas moins de quatre ministres compétents.

Curieux d'en savoir plus ?
Téléchargez ici la version PDF du livre de nos économistes.

 

Mail