Jeudi 05/12/2019

Top Header

Langues

Dans quels actifs investir en 2018

Head of Investments

Comment la vision macroéconomique de Degroof Petercam se traduit-elle dans sa stratégie d'investissement ? Découvrez dans quels actifs investir en 2018.

 

Actions : une préférence marquée pour l’Europe    

Les actions sont de raisonnablement à chèrement valorisées, en fonction de la région. Les actions américaines, en particulier, sont chères dans une perspective historique et selon plusieurs critères de valorisation. Il reste certainement des valeurs intéressantes aux États-Unis également, moyennant la sélectivité requise, mais Degroof Petercam voit surtout des opportunités en Europe. 

« Une valorisation à 15 fois les bénéfices attendus en moyenne (proche de la moyenne historique), un rendement du dividende intéressant par rapport aux taux obligataires et une prévision de croissance bénéficiaire pouvant encore agréablement surprendre, selon nous, font que les actions européennes restent attrayantes actuellement. Des liquidités excessives resteront sur le marché, également au cours de l’année à venir ».

Obligations : durées réduites et Investment Grade 

Degroof Petercam a réduit la sensibilité aux taux de son portefeuille obligataire et a une préférence pour des échéances plus courtes. Néanmoins, la normalisation de la politique monétaire ne devrait pas entraîner une augmentation significative des taux des obligations à long terme. Dans un environnement de taux d’intérêt très bas, Degroof Petercam propose les solutions suivantes : obligations d’entreprise Investment Grade en euros, qui offrent un (léger) surcroît de rendement et des durées souvent inférieures à celles des obligations d’État, d’une part, et les obligations liées à l’inflation internationale, d'autre part, surtout aux Etats-Unis.

« Malgré la déception récente provoquée par les chiffres de l’inflation, les obligations liées à l’inflation sont intéressantes. L’inflation a été influencée par des facteurs de nature temporaire. Les perspectives de croissance, d’une manière générale, et l’amélioration de la situation sur le marché de l’emploi devraient aboutir à une croissance modérée de l’inflation. La valorisation des obligations liées à l’inflation ne tient pas suffisamment compte, selon nous, de cette attente ».

Les devises et l’or : diversification

Sur la base des parités de pouvoir d’achat, le dollar reste, malgré la baisse récente, surévalué par rapport à l’euro. Degroof Petercam s’attend cependant à une stabilisation du dollar en 2018, malgré la différence de politique monétaire dans les deux régions.

Malgré sa grande volatilité, l’or a toujours sa place dans un portefeuille d’investissement sainement diversifié. Les taux réels sont particulièrement bas, ce qui réduit sensiblement le coût d’opportunité et soutient le prix de l’or. Tout comme le dollar, cette classe d’actifs peut, en cas d’inquiétude extrême ou d’augmentation substantielle inattendue de l’inflation, constituer une valeur refuge.

Retrouvez le scénario économique de Hans Bevers et Bruno Colmant.

Mail