Jeudi 21/11/2019

Top Header

Langues

Don’t mention the Donald

Chief Economist

La campagne électorale américaine a clairement monopolisé une grande partie de l’attention ces derniers temps. En l’état actuel des choses, Hillary Clinton mène la course à la Maison Blanche. Sauf accident, elle succédera donc à Barack Obama pour devenir la 45e Présidente des Etats-Unis.

Si les sondages laissaient encore apparaître un coude-à-coude avant la convention du Parti républicain en juillet, Hillary Clinton possède aujourd’hui une avance de 4 à 5 %. Or, aucun candidat n’a à ce jour été capable, à ce stade de la campagne, de transformer un tel retard en victoire. Bien sûr, les choses pourraient être différentes cette fois-ci. La course s'est d'ailleurs quelque peu resserrée la semaine dernière. Hillary Clinton n’est pas particulièrement populaire et le 8 novembre est dans plus de deux mois. Qui sait ce qui pourrait encore se passer d’ici là ?

Prévisions

Néanmoins, toute comparaison à ce stade avec la campagne du Brexit apparaît inappropriée dans la mesure où les sondages, à l’époque, indiquaient clairement une course très serrée. Comme nous l’avions alors expliqué ici, prédire l’issue du référendum du 23 juin revenait donc à jouer à pile ou face. Ce n’est de toute évidence pas le cas aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, le meilleur endroit pour suivre attentivement les développements politiques aux Etats-Unis est sans doute le site internet FiveThirtyEight de Nate Silver. Le statisticien américain s’est en effet forgé un palmarès véritablement impressionnant en termes de prévisions des performances et de l’évolution de la carrière des joueurs de base-ball. Et lors des élections présidentielles de 2008, il avait prédit avec succès le résultat dans 49 Etats sur… 50. Et selon les sondages, l’état de l’économie et les données historiques, son modèle évalue aujourd’hui les chances d’Hillary Clinton de remporter les élections à 70 %.

Et ensuite ?

Sauf accident, elle deviendra donc la prochaine présidente des Etats-Unis. Quelles seront alors les implications pour l’économie américaine et le monde ? C’est une autre question. Le programme économique d’Hillary Clinton prévoit de nombreuses mesures logiques, comme un système fiscal plus juste, une amélioration des infrastructures et une réduction sensible de la pollution par émissions de carbone. Reste à voir toutefois ce qu’elle parviendra à réaliser dans un pays où le bipartisme exacerbé rend le consensus de plus en plus difficile. Et comme toujours, l’agenda politique dépendra largement des événements. De quoi nous rappeler la réponse de l’ancien Premier ministre britannique Harold Macmillan, interrogé sur ce qui l’inquiétait le plus lorsqu’il était au gouvernement: « Les événements, mon brave, les événements ».

Mail