Mardi 13/08/2019

Top Header

Langues

Les Petits Riens : L'économie sociale à la portée de tous

Lorsqu'on évoque le concept d'économie sociale, on le réduit souvent à certains secteurs d'activité. A tort selon Julien Coppens, directeur général des Petits Riens, pour qui cette approche peut s'appliquer à n'importe quelle entreprise, quel que soit son domaine. Coup d'œil sur cette association bruxelloise qui, en plus d’être active sur le marché de seconde main, réinsère et accompagne les personnes précarisées depuis près de 80 ans.

Découvrez ou redécouvrez les articles parus dans l'Aset Degroof Business Day, réunissant les exposés du Degroof Business Day. Organisé à Ophain le 20 mars dernier, cet événement, axé sur le développement des entreprises, réunit chaque année des entrepreneurs wallons et bruxellois. Parmi eux : Les Petits Riens.

L’économie au service de l’homme
Depuis sa fondation par l’Abbé Froidure en 1937, la mission de l’asbl Les Petits Riens est restée la même : lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale en Belgique en accompagnant les personnes en difficulté afin qu’elles gagnent de l’autonomie de façon durable. Entreprise d’économie sociale, les bénéfices générés par l’activité économique de l’association sont réaffectés soit à l’intérieur même de l’association (formation et réinsertion de personnes précarisées), soit à l’extérieur (financement d’actions sociales : hébergement, aide aux sans-abri et aux familles).

Une question de priorités
« Aujourd’hui encore, cette démarche d’économie sociale est trop cantonnée à certains secteurs d'activité, alors que celle-ci est applicable à toute entreprise, pour autant qu’elle le veuille », affirme spontanément Julien Coppens, à la direction de l’asbl depuis 2002. Au-delà d’un champ d’activité, c’est avant tout une vision d’entreprise. « La rentabilité reste une priorité, mais elle n’est pas maximale : il faut accepter une allocation différente des bénéfices et une diminution d’exigences en termes de productivité », poursuit-il.

« Savoir-être »
Si l’enrichissement financier est moindre, la richesse sur le plan humain, elle, n’a pas de prix. En effet, une différence notable transparaît dans la formation et l’accompagnement offerts chez Les Petits Riens : la personne est considérée dans sa globalité, et non pas uniquement comme un employé. Au-delà de l’aspect professionnel, l’aspect personnalité est essentiel : « Nous nous attelons à la transmission d’un savoir-faire professionnel, mais nous sommes aussi particulièrement attentifs à un savoir-vivre, un « savoir-être », en tenant compte du parcours de vie et des responsabilités à gérer, propres à chacun », commente Julien Coppens.

Privilégier l’autonomie
Parallèlement aux ateliers de formation par le travail, des services de soutien et d’accompagnement (juridique et psychosocial) sont offerts, « mais avant d’entamer toute démarche, on est là pour écouter et, en fonction des besoins de la personne, on lui donne des outils pour qu’elle puisse elle-même trouver réponse à ses questions. C’est très important qu’elle prenne l’initiative de se prendre en main, nous ne sommes là que pour lui donner des pistes ».

Trouver du sens
Au sein de l’équipe, beaucoup d’employés proviennent du secteur privé. « Au-delà du défi professionnel, ils viennent travailler ici par idéal et chercher du sens à travers ce qu’ils font. C’est ce qui fait d’ailleurs la richesse de mon travail : poursuivre à la fois des objectifs de gestion « classique » et des objectifs d’investissement dans des activités et des projets sociaux. Deux entreprises en une, pour deux fois plus d’action, c’est ça qui est passionnant ! », se réjouit Julien Coppens. Qui a dit qu’il fallait choisir entre épanouissement professionnel et personnel ?

Les Petits Riens est une asbl Belge, créée en 1937 par l'abbé Edouard Froidure, dont l’objet est la lutte contre l'exclusion et la pauvreté : aide matérielle et sociale aux personnes sans abris ou exclues et accompagnement dans leurs projets de réinsertion. L’asbl récolte 6.000 tonnes de marchandise (vêtements et mobilier) chaque année, dont une partie est redistribuée et le reste vendu, permettant ainsi de financer les actions sociales de l’association. Dès mars 2015, 9.000 mètres carrés d’entrepôt à Anderlecht regrouperont les ateliers et les bureaux et permettront de doubler la capacité de production tout en créant de nombreux emplois peu qualifiés à Bruxelles.

Arrivé en tant que contrôleur de gestion en 2000, Julien Coppens est le directeur général des Petits Riens depuis 2002. Ingénieur commercial (ICHEC) de formation, il considère l’économie comme un outil qu’il faut mettre au service de l’Homme.

www.petitsriens.be

Vous avez des questions ? Vous souhaitez partager une expérience ?
Nos spécialistes sont à votre écoute :

Bruxelles : Philippe de Halloy
Brabant wallon : Patrick Schobbens, Benoît Cornez, Didier Dablemont
Hainaut : Frédéric Bouchat, Quentin Stassin
Liège : David Brozak, Gaël Dumoulin
Namur : Rafael de la Serna, Paul Jadoul                                                                                 

www.degroofbusinessday.be

Mail