Mardi 25/06/2019

Top Header

Langues

Old-timers : un investissement « plaisir »

Head of Art Advisory

 

Le marché des voitures de collection est récent, puisqu’il n’a que 40 ans. A la fin des années 80, correspondant à la mort d’Enzo Ferrari, surgit une première flambée historique des prix. Certes de courte durée, car en 1991 le marché s’écroule. Il faudra attendre 2010 pour assister à un retour en grâce et voir les classic cars acquérir un statut de véritable objet d’art et d’investissement « plaisir ».

 

Alors que le Zoute Grand Prix entame sa huitième édition, découvrez l'avis d'Hubert d'Ursel, Head of Art Advisory, sur ce marché de passionnés.
 

Comment se porte le marché depuis lors ?

Depuis 2010, la hausse spectaculaire des prix a touché de nombreux modèles, mais pas tous. Par exemple, les voitures d’avant-guerre à carrosserie fermée, telles les Delage, rencontrent moins de succès. Mais certaines tirent leur épingle du jeu : celles dont les concours d’élégance ont boosté les prix, comme les Bentley, Bugatti et Alfa Romeo.

Y a-t-il des modèles ou des marques qui se distinguent particulièrement ?

Toutes les voitures éligibles à des événements comme le Mans Classic ont vu leur prix fortement augmenter. Ce sont principalement des modèles italiens, comme les Ferrari 288 GTO et F40, dont les tarifs ont explosé. Paradoxalement, la hausse du marché des Ferrari a fait grimper celui des Maserati, Porsche, Lamborghini et autres concurrents parce que les Ferrari équivalentes atteignaient des prix extravagants.

Que pensez-vous de la pérennité du marché des classic cars ?

Après cinq années d’envolée des prix sur des modèles moyens comme les Porsche 911, Ferrari 308/328/Testarossa, etc., le marché s’autorégule avec un retour à des prix plus raisonnables. C’est favorable pour le marché qui montre sa capacité à rectifier des situations anormales et à assurer sa pérennité dans le temps.

Quel est votre conseil lors de l’achat d’une classic car ?

L’achat intelligent consiste à acquérir une voiture en très bon état, même au-dessus de la cote, plutôt qu’une voiture en état moyen. Une automobile est un objet complexe à faire fonctionner et à entretenir, et cela a un coût. Il ne faut pas acheter un prix, mais un véhicule en bon état. Et surtout une règle fondamentale (comme pour les œuvres d’art), c’est d’acheter une voiture que vous aimez et que vous serez heureux de piloter.

Mail