Nos experts vous tiennent informé des dernières évolutions des marchés.
Comment accélérer la transition vers l’économie circulaire
Par Catherine Champagne - Group Impact Investing Coordinator
L’économie circulaire permet d’accroître notre bien-être tout en restant dans les limites de ce que notre planète peut supporter. Mais elle ne représente encore qu’une part marginale de l’économie mondiale. Quelques pistes pour booster son développement.
Moins de 10% de l’économie mondiale est circulaire. En effet, seul 9% des milliards de tonnes de ressources exploitées pour faire tourner l’économie chaque année provient d’une quelconque forme de réutilisation, les 91% restants sont « extraits » de la nature. Tel est le constat alarmant dressé par le rapport «The circularity Gap» rédigé par l’entreprise sociale Circle Economy, soutenue par l’ONU Environnement et le fonds pour l’environnement mondial. C’est l’essor de la révolution industrielle qui est à l’origine de cette hausse et qui a jeté les bases du modèle de développement linéaire actuel : « extraire-fabriquer-jeter » dans un monde où la disponibilité des matières premières et de l’énergie semblait infinie. Ce modèle a permis au produit intérieur brut mondial de doubler depuis 1970, entraînant d’immenses progrès et aidant des milliards de personnes à sortir de la pauvreté.
Cependant, ce modèle fondé sur une propension à consommer et à jeter a des effets dévastateurs sur notre planète. Selon le rapport de 2019 de l’ONU sur les perspectives des ressources mondiales, 90 % de la perte de biodiversité et du stress hydrique ainsi que 50% des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale sont dus à l’extraction et au traitement de ressources naturelles. Ceci démontre que ce modèle a atteint aujourd’hui ses limites.
Selon le rapport de 2019 de l’ONU sur les perspectives des ressources mondiales, 90% de la perte de biodiversité et du stress hydrique ainsi que 50% des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale sont dus à l’extraction et au traitement deressources naturelles.
Catherine Champagne
L’économie circulaire comme solution à une croissance résiliente
Plutôt que de continuer à dégrader la planète comme l’a fait le système linéaire, l’économie circulaire est par nature régénératrice. Elle préserve le capital naturel et optimise le rendement des ressources en dissociant progressivement la croissance de l’utilisation de nouvelles ressources naturelles qui sont limitées.
Comment accélérer la transition vers l’économie circulaire ? La société de conseil Accenture a identifié cinq business models:
1.
  • Les chaînes d'approvisionnement circulaires qui utilisent des énergies renouvelables, des matériaux d'origine biologique et/ou entièrement recyclés en lieu et place de matériaux à usage unique. Citons à titre d’exemple, l’entreprise Teemil qui permet de créer des vêtements de travail pour les entreprises. Chaque produit est fabriqué à partir de matériaux naturels dans une usine alimentée par des énergies renouvelables. Une fois usé, les produits renvoyés sont réutilisés dans la conception des nouveaux produits. Ce modèle permet de réduire les coûts et de sécuriser les chaînes d’approvisionnement en les rendant moins dépendantes de la volatilité du prix des matières premières. L’interdiction européenne des plastiques à usage unique pour lesquels des alternatives existent (couverts, assiettes, pailles, cotons-tiges,…) et qui entrera en vigueur en 2021 soutiendra ce modèle.
  • 2.
  • Les modèles de récupération des ressources reprennent les ressources utiles à partir de déchets et de produits usés, obsolètes ou présentant un défaut de fabrication. Toast Ale qui brasse la bière avec le surplus de pain frais provenant des boulangeries et des sandwicheries en est un exemple. Ce modèle vise à réduire l’utilisation de matières premières, le volume des déchets et les coûts de production.
  • 3.
  • Les plateformes de partage permettant d’augmenter le taux d’utilisation des produits en rendant possible l’usage collectif. Dans l’industrie de la mode, entre autre, le concept fleurit avec les garde-robes partagées ou chacun emprunte ses vêtements plutôt que de les acheter.
  • 4.
  • Produits en tant que service. Il s’agit ici d’un modèle où le propriétaire d’un produit se transforme en usager. Philips propose notamment d’acheter de l’éclairage plutôt que des lampes. Ce modèle encourage les sociétés à concevoir des produits plus solides pour que leur cycle de vie soit le plus long possible. Cela permet aux producteurs d’avoir des revenus plus récurrents et renforce les relations avec les clients grâce à des contacts plus réguliers. Par ailleurs, cela décharge les consommateurs de l’entretien du produit et leur donne beaucoup plus de flexibilité.
  • 5.
  • Augmentation de la durée de vie des produits et de leurs composants en les revendant, les réparant, les reconditionnant et les améliorant. Un exemple : l’entreprise Fairphone conçoit des téléphones portables modulaires et réparables avec des matériaux recyclés et équitables et équipés d’une batterie remplaçable et de longue durée. Dans le même ordre d’idée, l’Europe a adapté sa directive Ecodesign relative aux produits liés à l’énergie tels que les réfrigérateurs ou machines à laver. Au départ, cette directive visait à améliorer l’efficience énergétique des produits. A présent, elle vise également l’efficacité en matière d’utilisation des ressources (disponibilité des pièces détachées et possibilité de réparation du produit).
  • En conclusion, l’économie circulaire permet de développer nos économies et d’accroître notre bien-être tout en restant dans les limites de ce que notre planète peut supporter. Pour y parvenir, les pouvoirs publics, les entreprises, la société civile et les citoyens doivent redéfinir le mot «progrès» et faire preuve d’innovation afin de modifier les choix, les modes de vie et les comportements des individus. L’économie circulaire nous permettra de limiter nos déchets à un minimum, de réduire drastiquement la pollution et d’atteindre nos objectifs climatiques. Ainsi, la santé des individus et leurs conditions de vie à tout niveau seront améliorées. Cela donnera également la possibilité aux entreprises de réduire fortement leurs coûts de production et contribuera à l’augmentation de l’emploi en stimulant l’innovation, l’entrepreneuriat et la demande de nouveaux services.
    Vous pouvez directement contribuer à cette économie à travers vos choix de consommation et d’investissement notamment, pour ces derniers, grâce à l’impact investing. Cette stratégie d’investissement vise à engendrer des impacts positifs sur l’environnement et sur la société accompagné d’une performance financière positive (allant au minimum de la conservation du capital au return de marché).
    L’impact investing vous intéresse ? Votre banquier privé se fera un plaisir de vous aiguiller.
    Partager l'article
    Restez informé
    Abonnez-vous à notre blog
    L'actualité financière vous intéresse ?
    Abonnez-vous au blog et recevez dorénavant chaque semaine les nouveaux articles et opinions de nos experts.
    Nous sommes respectueux de votre vie privée : vos données sont traitées en toute sécurité.
    Rue de l'Industrie 44 - 1040 Bruxelles Belgique
    Règlementé par l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) et la Banque Nationale de Belgique TVA BE 0403 212 172 RPM Bruxelles
    Règlementé par l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) et la Banque Nationale de Belgique TVA BE 0403 212 172 RPM Bruxelles
    Cookie policyNotre site internet utilise des cookies afin de vous offrir un contenu personnalisé et afin d’améliorer votre expérience de navigation. Afin d’obtenir plus d’informations sur les cookies utilisés sur notre site internet, vous pouvez consulter notre Politique de cookies et notre Charte vie privée.

    Vous pouvez modifier vos préférences quand vous le souhaitez.
    Préférences de cookies
    Je suis d'accord.